Elisez vos trouées

Image

    Et toi ?
— Je cherche des vérités obscures : pas de celles que l’on cache et qu’il faut débusquer ; pas de celles qui se retirent à mesure de nos longues avancées ; non, mais ces vérités noires, effondrées, implosées, qui avalent le monde par une bouche dont on ne sait pas même dans quel corps elle peut bien se situer.

Pour ta gouverne

En passant

      Il y a

                             la loi            

                                            qui rassemble    qui médiatise    et pacifie.         

                             La règle

                                                             qui rapporte,

                                                                                                 confronte et mesure.

       Il y a                                 aussi  

                            le principe                                                                                                                          qui domine,                                                                                                         conduit                                                                                                              et dirige.

                                              Et puis,                       enfin,

                            la norme                                                                                                                                           discrimine,                                                                        qui étale,                                   répartit.

 

       Nous avons à notre disposition toute une gamme de régimes d’action.          Alors, quelle gouverne choisir ?

(Pourquoi me dis-tu la guerre sombre voix ? Tu voudrais donc ma mort. La lutte serait bien facile et il y aurait files de lutteurs s’il fallait pour vaincre, toujours, en arriver là)

L’histoire du monde

En passant

D’aventure

Il fut un temps où les voyageurs s’émerveillaient de tant de luxe, de variété, d’abondance, ramassés dans ces lieux qu’ils trouvaient d’aventure, qu’un monde nouveau s’ouvrait à chacun, ou presque, de leurs pas. Il n’y avait qu’un monde pour contenir autant de richesses. Pour rivaliser, même en réduction, avec l’immensité du cosmos.

La loi, la raison

Chez les Grecs, nous dit-on, la loi, impersonnelle et extérieure aux désordres des hommes, mettait à l’abri la raison. Elle y trouvait son lieu sûr. Quand la raison passa-t-elle dans le monde ? Quand l’œuvre de Dieu se dédoubla : ici en ouvrage des prophètes, le livre saint, là en ouvrage de la nature, le livre galiléen. Le monde eut sa loi. Et la raison, sa nouvelle demeure. Bientôt une inversion se produisit : l’ici s’éloigna, le là s’approcha ; le monde fut désormais plus près de nous que ne l’était le livre des livres. De son abri politique, la raison se réfugia vers la science. Au milieu des écarts, des exceptions, des aberrations, elle voyagea dans la loi.