A hue et à dia

La démocratie, on le sait, ne se limite pas au vote, ni même aux disputes rhétoriquement rationnelles que l’on mène en assemblée — deux institutions plus anciennes et plus larges que toute tradition démocratique. La démocratie est au contraire l’institution réglée du conflit sous toutes ses formes, la plongée du gouvernement et de son autorité au cœur de luttes incessantes susceptibles d’être menées de multiples façons : comités de quartier, conseils de surveillance, pétitions, refus d’obéissance, émotions, actions en justice, comités d’usine, séquestrations, assemblées populaires, grèves du zèle, de la faim, du travail, émeutes, boycotts, insurrections, publications, coups d’état, coups médiatiques, sabotages, fêtes, révolutions, abstentions, négociations, occupations, contr’organisations, sécessions, constituent le jeu ordinaire des pouvoirs démocratiques. Reste à savoir si on veut les utiliser avant qu’ils ne tombent en ruines ou ne partent en poussière..

 

La jetée

Première réaction quand j’ai découvert le cinéma de Chris Marker ? Je ne savais pas que penser pouvait se filmer. La philosophie avait devant elle un nouveau moyen d’expression.

L’événement Spinoza

En passant

Tout ce qui nous frustre de trop tarder à venir, nous dit Spinoza, doit être appelé un mal. Des événements qui ne répondent pas à notre désir, au sens où ils ne nous conviennent pas, mais surtout au regard de ce qu’ils ne viennent pas, et n’émettent aucun signe, aucun message, annonçant leur venue, sont mauvais pour nous. De mon côté, je pense à la Croissance, à la Révolution, au Bonheur, à la Mort… sans parler du Christ dont je n’attendais rien et donc on sait aujourd’hui qu’on n’le reverra pas de si tôt. Alors, toi, à quoi tu penses, là, qui ne te vient pas ? Épreuve d’inconscience.