Pour ta gouverne

En passant

      Il y a

                             la loi            

                                            qui rassemble    qui médiatise    et pacifie.         

                             La règle

                                                             qui rapporte,

                                                                                                 confronte et mesure.

       Il y a                                 aussi  

                            le principe                                                                                                                          qui domine,                                                                                                         conduit                                                                                                              et dirige.

                                              Et puis,                       enfin,

                            la norme                                                                                                                                           discrimine,                                                                        qui étale,                                   répartit.

 

       Nous avons à notre disposition toute une gamme de régimes d’action.          Alors, quel gouverne choisir ?

(Pourquoi me dis-tu la guerre sombre petite voix ? Tu voudrais donc ma mort. La lutte serait bien facile et il y aurait files de lutteurs s’il fallait pour vaincre, toujours, en arriver là.)

Jurer

Image

Edward_Russel_Thomas©Dave_MillerIl faudrait écrire un long poème qui s’appellerait JURER et dans lequel des voix menaçantes et insultantes finiraient par dire le Droit lui-même, le plus reconnu, le plus universel. Façon de montrer qu’il n’y a pas que du droit à la dignité (venu et conférant de la dignité) mais une histoire tout à fait possible qui le ferait venir en ligne directe de l’offense. Qui l’écrirait ? N’existe-t-il pas déjà ? Qui me dirait ?

Manifestes

Mis en avant

On a beau dire, on a beau faire, expliquer qu’il n’y a plus que ça à faire, qu’il y a bien d’autres choses, que bien d’autres choses ont été faites, depuis… depuis la guerre d’Algérie, l’après-68, les Boat-People, la marche des Beurs, le Sida, la crise du logement, les sans-papiers, le printemps Arabe, la Jungle. On n’entend pas. Il faut faire masse, il faut faire nombre, pas autrement et pas le choix, il faut faire ça.

Les manifestations tendent à l’inefficace. Deviennent des simulacres. Cérémonies. Funérailles. Processions sans lendemain. C’est la loi. C’est le cas. Les manifestes ont fait corps, et synthèse, entre la politique et l’art au long du XXsiècle. L’art divisait pour mieux rassembler. L’art s’annonçait pour mieux convoquer. L’art se manifestait pour ne pas se manquer.

Les manifestes ne servent plus. N’agissent pas. Très très bien. Temps de s’en emparer à nouveau ! D’autres collectifs, anonymes ou braillards, factices ou réels, y attendent, y préparent, leur destin. En voilà !

Les Turbulents

paronacional9deagostoclaudiocaceres-jpg