Les amours féminines

De même que nous ne pouvions, il n’y a pas si longtemps, aimer les hommes sans d’abord donner notre amour à Dieu – puisque les hommes étaient trop vils, trop laids pour être aimés pour eux-mêmes ; de même, l’on nous dit aujourd’hui que Père et Mère sont le tiers nécessaire de notre amour pour autrui, la chair impalpable que nous caressons sous sa peau. Pire, nous allons même jusqu’à dire que notre amour ne prend forme que dans la première aimance maternelle et que cette carence nous resterait à jamais en défaut. En travers de la gorge. Si bien qu’à nos amant(e)s silencieusement, nous crions à notre insu : Maman ! Les amours, de nos jours, peuvent être mises au pluriel, leur féminin est forcément maternel.