L’invention d’une solitude

Quoi de plus joyeux dans une aveugle recherche (aveugle parce qu’elle ne voit guère de ce qu’elle vise qu’un point minuscule) que de se débrouiller pour qu’il soit possible que d’autres regards, fort éloignés de vous, soient néanmoins capables de croiser votre trajectoire. Regards qui ne se tourneraient pas du tout dans la même direction que la vôtre, vers le même objet fuyant, qui ne vous dévisageraient même pas, non, qui ne viendraient pas non plus du même foyer, mais qui seraient capables, désormais, dans la nuit de ces longs et hasardeux mouvements, de laisser pour vous, devant vous, scintillant, un signe, une image, trace de leur sillage ou avance de leur venue.

La possibilité qu’il puisse exister une philosophie sauvage, au sens exprimé sur ces pages, va donner lieu, tout au long de cette année, à une série d’essais consacrée à l’énigmatique solitude de Henry Thoreau, le célèbre promeneur naturaliste américain. Comme aux plus vieux temps du roman-feuilleton ou des chroniques-reportages, une livraison sera faite à heure fixe, en début de mois. Votre regard sera le seul tirage de ce qui, ensuite, disparaîtra. Un site ne peut rester aussi longtemps si occupé. Il faudra migrer vers ailleurs.

 

 

#1 L’affirmation du solitaire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *