L’ère du paupérisme

lallubhai-compoundle©cercleEnquête de longue haleine, si ce n’est quête éperdue, dont le départ fut donné par la nécessité, celle d’une méditation du métier de travailleur social que j’exerçais pendant  le même temps. Œuvrer et simultanément creuser sous ses gestes et ses paroles, l’histoire qui a conduits ces actions à se monter, à se mettre en place, ainsi et pas autrement, une histoire dans la longue durée de la pauvreté, de l’indignité, de la misère. Non sa mesure, non ses causes, non ses remèdes, mais, tout à la fois, au plus tranchant de son expérience aussi riche que diverse – du temps long de la mendicité à celle, toute récente, du paupérisme venu au dix-neuvième.

Les textes réveillés encore épars parmi ceux qui dorment, nombreux, ensemble, encore, sont peu. On lira pour commencer La pharmacopée des pauvres. D’autres viendront. D’autres sont peut-être déjà là, quelque part sur le site en train de errer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *